'Hanouccah, la fête des lumières

'Hanouccah : Lois et Coutumes

'Hanouccah 5778 - 2017
Du mardi soir 12 décembre 2017 au mercredi 20 décembre 2017

 

cal 5778

La préparation et l’allumage

1. Placer la Ménorah à la porte de la salle à manger ou d’une pièce de la maison, en face de la Mezouza.
2. Utiliser de l’huile d’olive ou des bougies, qui devront brûler au moins une demi-heure après la tombée de la nuit.
3. Placer les godets d’huile d’olive ou les bougies correspondant au jour de l’allumage à droite de la Ménorah comme sur le Calendrier.
4. Utiliser un “Chamach” (une bougie supplémentaire) pour allumer les autres bougies et le placer à l’endroit prévu à cet effet sur la Ménorah comme sur le Calendrier.
5. Avant d’allumer, on récitera les bénédictions adéquates.
6. On allume ensuite les bougies de gauche à droite, en commençant par la bougie du nouveau jour comme sur le Calendrier.
7. Après l’allumage, placer le Chamach à l’endroit de la Ménorah qui lui est réservé.
8. On récite ensuite le passage suivant: « Hanérot Halalou ».
 

Les bénédictions

1.

בָּרוּך אַתָּה יי אֱ-לֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, אֲשֶׁר קִדְּשָׁנוּ בְּמִצְוֹתָיו וְצִוָּנוּ לְהַדְלִיק נֵר חֲנוּכָּה

Barou’h ata ado-naï élo-hénou mélè’h haolam achèr kidéchanou bémitsvotav vétsivanou léhadlik nèr ‘hanouccah.

Béni sois-Tu, Eternel notre D.ieu, Roi de l’Univers qui nous as sanctifiés par Ses Commandements et nous as ordonné d’allumer les lumières de ‘Hanouccah.

2.

בָּרוּך אַתָּה יי אֱ-לֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, שֶׁעָשָׂה נִסִּים לַאֲבוֹתֵינוּ, בַּיָּמִים הָהֵם בִּזְּמַן הַזֶּה

Barou’h ata ado-naï élo-hénou mélè’h haolam chéassa nissime laavoténou bayamime hahème bizmane hazé.

Béni sois-Tu, Eternel notre D.ieu, Roi de l’Univers qui a fait des miracles pour nos pères en ces jours-là, en ce temps-ci.
Le premier soir (ou lors de votre premier allumage)

3.

בָּרוּך אַתָּה יי אֱ-לֹהֵינוּ מֶלֶךְ הָעוֹלָם, שֶׁהֶחֱיָנוּ וְקִיְמָנוּ וְהִגִּעָנוּ לִזְּמַן הַזֶּה

Barou’h ata ado-naï élo-hénou mélè’h haolam chéhé’hé-yanou vekiyémanou vehiguianou lizmane hazéh.

Béni sois-Tu, Eternel notre D.ieu, Roi de l’Univers qui nous a maintenus en vie, nous a préservés et nous a permis d’atteindre ce moment-ci.
 
Après chaque allumage on récite

הַנֵּרוֹת הַלָּלוּ אָנוּ מַדְלִיקִין, עַל הַתְּשׁוּעוֹת, עַל הַנִּסִּים, וְעַל הַנִּפְלָאוֹת, שֶׁעָשִֹיתָ לַאֲבוֹתיֵנוּ בַּיָּמִים הָהֵם בִּזּמַן הַזֶּה, עַל יְדֵי כֹּהֲנֶיךָ הַקְּדוֹשִׁים. וְכָל שְׁמוֹנַת יְמֵי חֲנֻכָּה, הַנֵּרוֹת הַלָּלוּ קֹדֶשׁ הֵם, וְאֵין לָנוּ רְשׁוּת לְהִשְׁתַּמֵּשׁ בָּהֶן, אֶלָּא לִרְאוֹתָן בִּלְבָד, כְּדֵי לְהוֹדוֹת וּלְהַלֵּל לְשִׁמְךָ הַגָּדוֹל, עַל נִסֶּיךָ וְעַל נִפְלְאוֹתֶיךָ, וְעַל יְשׁוּעָתֶךָ

Nous allumons ces lumières (pour commémorer) les actes salvateurs, les miracles et les merveilles que Tu as accomplis pour nos ancêtres, en ces jours-là, en ce temps-ci, par l’intermédiaire de Tes saints Cohanim. Pendant les huit jours de ‘Hanouccah, ces lumières sont sacrées et nous n’avons pas le droit d’en faire un quelconque usage, mais uniquement de les regarder pour remercier et rendre grâce à Ton grand Nom pour Tes miracles, pour Tes merveilles et pour Tes délivrances.
 
 

Quels sont les usages de ‘Hanouccah ?

Il faut raconter à ses proches les miracles accomplis par D.ieu à nos ancêtres.
On mange des plats à base de lait ou de fromage en souvenir du plat de fromage cuit par Yehoudit pour le général syrien. On prépare également des plats frits à l’huile, comme les beignets.
Les femmes ont l’habitude de ne pas effectuer de travail tant que brûlent les lumières de ‘Hanouccah.
Les parents et grands-parents, et en général les adultes, distribuent aux enfants de l’argent («‘Hanouccah-gelt »), même à ceux qui sont déjà mariés. On apprend aux enfants à donner le « Maasser », au moins le dixième de leurs gains, à la Tsedaka (charité) et à utiliser leur argent pour de bonnes causes.
Les enfants ont l’habitude de jouer à la toupie.
 

Les femmes et jeunes filles ont-elles l’obligation d’allumer la ‘Hanoukia ?

Réponse : Les femmes et jeunes filles ont subi de terribles restrictions durant l’occupation gréco-syrienne.
Par ailleurs, la victoire militaire fut en grande partie due à l’action héroïque d’une femme, Yehoudit. C’est pourquoi les femmes et filles ont l’obligation d’assister à l’allumage des lumières de ‘Hanouccah par un homme. Dans le cas où il n’y a pas d’homme (ou de garçon de plus de treize ans) pour les rendre quitte, elles allumeront leurs propres lumières de la fête.
Que doit faire celui qui rentre chez lui très tard le soir de ‘Hanouccah ?
Normalement, on doit allumer les lumières de ‘Hanouccah de façon à «publier le miracle», donc quand les gens sont réveillés.
On peut allumer les lumières de ‘Hanouccah en principe toute la nuit, à condition que quelqu’un soit éveillé dans la maison. Si tout le monde dort, il faudrait normalement réveiller au moins une personne.
Cependant, celui qui allume sa ‘Hanoukia alors que plus personne n’est éveillé ne sera pas réprimandé pour cela.
Comment agissent les élèves d’un internat ?
Selon certaines opinions, ils sont considérés comme membres d’une même famille et doivent donc allumer chacun leur ‘Hanoukia dans le réfectoire ; s’ils le désirent, ils peuvent avoir la «Kavana», l’intention de ne pas se rendre quitte et allumer leur ‘Hanoukia dans leur chambre à coucher qui est considérée comme leur véritable demeure.
D’autres décisionnaires tranchent qu’ils doivent a priori allumer leur ‘Hanoukia dans leur chambre à coucher.
Enfin, certains décisionnaires séfarades estiment que les pensionnaires d’un internat sont rendus quitte de leur obligation d’allumer du fait que leur père allume chez lui à la maison en pensant à eux.
Si on allume la ‘Hanoukia en public, dans une synagogue ou une fête, doit-on prononcer les bénédictions ?
De nombreux décisionnaires tranchent qu’il faut allumer la ‘Hanoukia avec les bénédictions dans tout endroit où des Juifs se réunissent, que ce soit dans une fête, un restaurant, un mariage etc… afin de rendre le miracle public.
 

Comment allume-t-on les sept lumières de 'Hanouccah le vendredi après-midi 15 décembre 2017?

Il convient, avant l'allumage, de faire la prière de Min'ha. 
Le maître de maison, et éventuellement tous les garçons de la maison, prononceront d'abord les deux bénédictions :

(1) «Barou'h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè'h Haolam Achère Kidéchanou Bemitsvotav Vetsivanou Lehadlik Ner ‘Hanouccah».
«Béni sois-Tu, notre D.ieu, Roi de l’Univers qui nous as sanctifiés par Ses commandements et nous as ordonné d’allumer les lumières de ‘Hanouccah.»
Et: (2) «Barou'h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè'h Haolam Chéassa Nissim Laavoténou Bayamime Hahème, Bizmane Hazé». 
«Béni sois-Tu, notre D.ieu, Roi de l’Univers qui as fait des miracles pour nos pères en ces jours-là, en ce temps-ci.»

On allumera d'abord la mèche ou la bougie située le plus à gauche puis celle qui la précède, etc… à l'aide de la bougie appelée «Chamach». 
On aura pris soin de mettre assez d'huile dans les godets (ou d'avoir prévu des bougies assez grandes) pour durer jusqu'à une demi-heure après la nuit,  Après l'allumage, on récite «Hanérot Halalou».

Ensuite, les jeunes filles et les petites filles allumeront leurs bougies de Chabbat (après avoir mis quelques pièces dans la boîte de Tsédaka, charité) ; les femmes mariées allumeront au moins deux bougies. Elles diront la bénédiction habituelle 
(«Barou'h Ata Ado-naï Elo-hénou Mélè'h Haolam Achère Kidéchanou Bemitsvotav Vetsivanou Lehadlik Ner Chel Chabbat Kodèche»). 
«Béni sois-Tu, Eternel notre D.ieu, qui nous as sanctifiés par Ses commandements et nous as ordonné d’allumer la lumière du saint Chabbat.»
Tout ceci devra être terminé avant 16h 44 (heure de Paris) le 30 décembre.
Une jeune fille (ou une femme) qui habite seule devra elle aussi procéder d'abord à l'allumage des lumières de 'Hanouccah puis des bougies de Chabbat, avec les bénédictions appropriées.