'Hanouccah, la fête des lumières

Récits de 'Hanouccah

La force de 'hanouccah

On était dans les jours de 'hanouccah et un groupe de 'hassidim, bravant un froid si intense qu'il vous pénétrait jusqu'aux os , marchait en direction de Lublin.

Ils avaient pour but de rendre visite au 'Hozeh, le célèbre Voyant de Lublin, connu pour son extraordinaire faculté de « voir » dans le temps comme dans l'espace.

Parmi les marcheurs, l'un portait une lettre dans sa poche. En effet, l'un de ses amis, apprenant le voyage qu'il allait entreprendre, avait rédigé une demande de bénédiction à remettre au Tsaddik. Cet ami ,quelque désireux qu'il était d'obtenir pareille bénédiction ne s'autorisait pas moins certains écarts avec ce que devrait être la conduite d'un véritable 'hassid. Ainsi n'hésitait-il pas à occuper une partie de ses journées à des jeux de cartes ou, pour parler plus crûment, à taper le carton avec des compagnons plus ou moins recommandables.

N'empêche que l'ami était arrivé à Lublin, qu'il se tenait maintenant devant le 'Hozeh à qui il tendait la lettre. Cette lettre, le Voyant lui accorda à peine un regard, puis parut grimacer presque de dégoût, avant de la rejeter avec une autorité qui ne souffrait pas la moindre discussion !

Etait-ce de l'inconscience ou bien l'effet d'une véritable amitié, notre homme osa pourtant, à l'occasion d'une seconde entrevue, le soir même, présenter à nouveau la lettre rejetée...

Cette fois, la réaction du Tsaddik fut bien différente ; pour tout dire : absolument inattendue. A peine son regard se posa-t-il sur la feuille qu'il s'écria : « cet homme illumine véritablement l'ensemble des mondes ! ».

Devant le visage interloqué du 'hassid, le 'Hozeh , un fin sourire aux lèvres, consentit à expliquer : « quand j'ai vu, pour la première fois cette lettre, ton ami jouait aux cartes. En ce moment, très précisément, il allume les lumières de 'hanouccah... ».

Une Ménorah... familiale

Appelons-le William. Il était simple soldat dans l'armée américaine qui libérait l'Europe à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Son régiment fut affecté à la garde d'un village dont il devait assurer la sécurité et où il fallait retrouver éventuellement d'anciens Nazis. Les soldats devaient également aider les habitants et les réfugiés dans leur vie quotidienne.
Un soir, William aperçut un adolescent qui courait dans un champ à la limite du village. " Arrête ou je tire ! " cria-t-il. Le garçon se cacha derrière un arbre. Le soldat attendit patiemment.
Finalement, pensant que le soldat avait disparu, le garçon sortit de sa cachette et se rendit près d'un grand arbre au pied duquel il se mit à creuser. Le soldat l'observait de loin et, quand l'enfant eut fini et se fut remis en marche, le soldat cria à nouveau : " Arrête ou je tire ! " L'adolescent courut ; William décida de ne pas tirer mais plutôt de le poursuivre. Il le rattrapa et le plaqua au sol.
Dans le combat qui suivit, l'enfant lâcha une Ménorah magnifiquement décorée qu'il tenait jusque-là précieusement contre son cœur. William ramassa la Ménorah, l'enfant tenta de la récupérer : " Rendez-la moi, elle est à moi ! "
Le soldat plongea son regard dans les yeux terrifiés du garçon et tenta de le rassurer : " Moi aussi je suis Juif ! " dit-il.
L'enfant qui avait survécu aux camps d'extermination n'avait aucune confiance dans les hommes en uniforme. On l'avait déjà forcé à assister au meurtre de son père. Il n'avait aucune idée de ce qu'était devenue sa mère.
Dans les semaines qui suivirent, le soldat William s'occupa particulièrement du jeune garçon et celui-ci, David, apprit à lui faire confiance. Tous deux avaient de longues conversations ensemble et, quand William fut libéré de ses obligations militaires, il proposa à David de l'accompagner à New York où il l'adopterait. David accepta et William s'occupa de tous les papiers.
William reprit ses activités au sein de la communauté juive de New York. Un de ses collègues, responsable du Musée Juif de la ville, vit la Ménorah. Il annonça à David que cet objet avait une très grande valeur puisque c'était une relique de l'art juif européen et que toute la communauté pourrait l'admirer : il offrit à David 50.000 dollars, mais l'adolescent refusa. La Ménorah avait été acquise plus de deux cents ans auparavant et était, depuis, restée dans la famille : aucune somme d'argent ne parviendrait à lui faire abandonner ce trésor.
Quand 'Hanouccah arriva, William et David allumèrent la Ménorah devant la fenêtre du salon. Puis David monta étudier dans sa chambre.
William savourait le silence paisible du salon quand on frappa à sa porte. C'était une femme qui parlait avec un fort accent allemand. Elle semblait désemparée, cherchait ses mots et commença par s'excuser de le déranger. Elle se promenait dans la rue quand elle avait aperçu la Ménorah à la fenêtre.
" Nous avions dans le temps une Ménorah semblable dans notre famille " dit-elle dans un anglais hésitant. Elle n'en avait jamais vu un autre exemplaire. Pouvait-elle entrer et la voir de plus près ?
William la fit entrer et lui dit que la Ménorah appartenait à son fils adoptif qui pourrait peut-être lui en apprendre davantage à ce sujet. Il appela William pour qu'il explique à cette femme d'où venait la Ménorah.

* * *

Devant l'antique Ménorah où brillaient les lumières de 'Hanouccah, David retrouva sa mère...

Traduit par Feiga Lubecki