'Hanouccah, la fête des lumières

L'histoire de Hanouccah

La Judée est sous la domination des Séleucides (dynastie issue d'un des généraux d'Alexandre le Grand, lequel était mort sans laisser d'héritier direct) . Au moment des événements commémorés par 'Hanouccah, le pays est gouverné par Antiochos IV. Celui-ci impose les pratiques païennes en vigueur chez les Grecs, et frappe d'interdiction l'étude de la Torah, plus généralement, la pratique de la religion juive, sous peine de mort. C'est en voulant humilier l'un des plus zélés représentants du Judaïsme, Matityahou haKohen (Matthatias le Prêtre), l'Hasmonéen, officiant à Modiin, que les Grecs mettent le feu aux poudres, déclenchant une insurrection violente et sanglante, aboutissant en -165 à l'expulsion des Séleucides hors des frontières de Judée, et la reprise de Jérusalem.

Le miracle du chandelier

Quand, le 25 Kislev, le Temple fut inauguré à nouveau, il ne restait plus pour allumer la ménorah, le grand chandelier à sept branches, qu'une seule fiole d'huile d'olive cachère, l'occupant ayant profané le Temple. Selon les lois de la nature, cette fiole ne pouvait permettrel'illumination de la ménorah qu'un seul jour. Mais elle brûla huit jours, le temps nécessaire pour confectionner une nouvelle huile. En souvenir de ces événements, les Sages de l'époque instituèrent la fête de 'Hanouccah qui dure huit jours à partir 25 Kislev, des jours de joie où l'on récite le Hallel comme à l'occasion des fêtes ordonnées par la Torah elle-même.