Guimel Tamouz

Rabbi 3 Tamuz

Le 3 Tamouz,
Hiloula du Rabbi de Loubavitch
samedi 9 juillet 2016

 

3 Tamouz, jour d’exception

C’est une idée classique : les Juifs ont, de tous temps, fait du calendrier bien plus qu’un outil de suivi du temps qui passe. Conçu comme l’acte majeur d’un architecte sublime, Il incarne pour eux une véritable pulsation qui fait vivre le lien avec D.ieu.

C’est dire que toute date est marquante. Pourtant certaines scandent le calendrier d’une façon plus profonde. Et ce que l’on y ressent et que l’on peut y puiser dépasse largement le commun des jours, aussi grand et nécessaire soit-il. C’est ainsi que revient le 3 Tamouz, le jour du départ de ce monde du Rabbi, il y a 22 ans, sa Hilloula.

Commémorer la Hilloula d’un Rabbi, d’un de ces sages qui ont reçu pour tâche de guider notre peuple, a toujours été une tradition juive. Mais il ne s’est jamais agi d’en faire une journée de plus dans un deuil infini. La notion même de Hilloula est celle d’une célébration plus que celle d’une mélancolie entretenue.

Cette idée est sans doute encore plus vraie quand il est question du 3 Tamouz. Chacun le sait : de son vivant, le Rabbi ne cessa pas un instant tout à la fois d’agir et d’encourager à l’action. De fait, dans le contexte si difficile des années d’après-guerre, il redonna, de cette façon, au judaïsme un certain goût à la vie. Il réapprit à une communauté largement oublieuse et souvent désespéré le bonheur d’être Juif.
Ce caractère, si essentiel, ne peut s’interrompre après le 3 Tamouz. Au contraire, il s’intensifie en nous et, sans doute, par nous. En d’autres termes, il nous revient de continuer, ici-bas, l’œuvre entreprise par le Rabbi et de faire qu’ici et maintenant en apparaisse l’aboutissement ultime.

La date du 3 Tamouz prend ainsi toute sa réelle importance. Elle nous permet de nous hisser sur de nouvelles hauteurs.

Les commentateurs enseignent que, lors d’une Hilloula, l’âme du sage concerné s’élève de degré en degré jusqu’à des niveaux que les mots ne peuvent décrire. Ils précisent encore que cette élévation entraîne avec elle celle de tous ceux, y compris dans ce monde, qui s’attachent à son œuvre et à son enseignement. C’est bien là que se situe l’enjeu pour chacun. Il nous est donné de faire du 3 Tamouz un jour différent de tous, qui nous donnera cette inspiration irremplaçable. Il nous est donné d’en faire le jour de notre libération spirituelle personnelle, ce qui conduira enfin à la Délivrance collective que le Messie nous apportera.