Sefer Hamitsvot

Notons que bon nombre de ces lois ne sont pas la halakha, c'est-à-dire la pratique observée dans les communautés juives. Elles ne sauraient donc en aucun cas être prises comme référence. Veuillez noter également que cette version est un premier essai qui fera l'objet de corrections ultérieures.

4 Kislev 5780 / 12.02.2019

Cours N° 119

Mitsva négative N° 111 :
C'est l'interdiction qui nous a été faite de racheter un terrain dévoué en des termes généraux, car il est dit: "Elle ne pourra être ni vendue ni rachetée". Le Sifra explique ainsi ce texte: "Il ne sera pas racheté par son propriétaire. Qu'en fera-t-on? Selon le verset: ...comme une terre dévouée, c'est le pontife qui en aura la propriété: je pourrais penser que [c'est applicable] même quand le propriétaire l'a expressément déclarée dévolue à l'Eternel. C'est pourquoi la Torah précise: elle [toute chose dévouée en des termes généraux exclusivement]".
Les dispositions relatives à ce commandement, c'est-à-dire celui du terrain dévoué, ont été expliquées dans le Traité 'Arakhin, où il est précisé que toute chose ayant été dévouée en des termes généraux doit être donnée aux prêtres et où il est affirmé ce qui suit: "Ce qui est dévoué aux prêtres ne peut être racheté, mais doit être donné à ces derniers, au même titre que la Teroumah".

Mitsva négative N° 215 :
Il nous est interdit de semer ensemble des graines d'espèces différentes (en hébreu: "Kilayim"), ainsi qu'il est écrit: "...ne sème point dans ton champ des graines hétérogènes..."
Cette défense est applicable seulement à la Terre d'Israël, et celui qui y sème de telles graines est passible de la bastonnade en vertu de la Torah. En dehors de ce pays, c'est permis.
Les dispositions relatives à ce commandement sont expliquées dans le Traité Kilayim.