Vue par mois
Par mois
Weekly View
Par semaine
Daily View
Aujourd'hui
Tanya Audio

tanya

" Car cette loi est très proche de toi, dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu l'accomplisses "

C'est sur ce célèbre verset du Deutéronome que se fonde le Tanya.

L'Ecriture dit clairement ici que le respect des commandements divins est chose aisée (" très proche ") et qu'il s'effectue par trois canaux : la pensée (ton cœur), la parole (ta bouche) et l'action (que tu l'accomplisses).

A un second niveau " ton cœur " fait référence aux émotions, l'amour et la crainte de D. que le cœur expérimente lorsque est accompli un commandement positif (pour la première),ou respecté un interdit pour la seconde. C'est donc ces deux émotions qui constituent cette " chose très proche ".

Cela, pourtant , va-t-il de soi ? La Guémara n'interroge-t-elle pas : " la crainte de D. est-elle une petite chose ? ". Rabbi Schnéour Zalman veut mettre à jour les deux chemins par lesquels parvenir à la crainte et à l'amour. Proches tous les deux, l'un cependant est " long " (il consiste en une profonde méditation), l'autre est " court " (plutôt que de créer ces sentiments par la méditation, il s'agit de les révéler, de les " dévoiler " en tant qu'ils sont partie intégrante de chaque âme juive. Telle est la démarche première du Tanya que, dans son humilité, Rabbi Schnéour Zalman en réalité a simplement appelé Likoutei Amarim (Recueil de Commentaires), Tanya étant le premier mot par lequel commence ce " recueil " imprimé pour la première fois en 1796.

26 Sivan 5777 | Mardi, 20 Juin 2017



Chaar Hay’houd Véhaémouna
Chapitre 8
_______________

L’œuvre de la Création ne produit aucun changement dans l’Unité du Créateur : considéré en Lui-même ou même quant à Sa connaissance, Il n’est nullement changé. L’Ecriture le dit en ces termes : « Moi, D.ieu, Je n’ai pas changé ». On aurait pu en effet penser que la venue à l’existence d’êtres créés eût modifié la Connaissance divine. La connaissance des êtres créés ne s’ajoute-t-elle pas à ce qui, avant cette création, était la Connaissance divine ? Le Chapitre précédent s’est inscrit en faux contre une telle idée. D.ieu et Sa Connaissance ne font qu’un, d’une unité absolue, dite « simple », à la différence de l’âme humaine qui est composée et pour laquelle chaque connaissance acquise constitue un ajout. De cette unité parfaite, qui ne souffre aucune composition, aucun ajout, Maïmonide dit : « C’est en se connaissant Lui-même qu’Il connaît tous les êtres créés, qui procèdent de Lui ». Autrement dit, la Création n’ajoute rien à Sa Connaissance qui demeure inchangée, identique à elle-même. La nature de cette Connaissance, conclut Maïmonide, échappe à l’entendement humain.

Dans ce chapitre, Rabbi Chnéour Zalman va montrer que la proposition de Maïmonide : « Il est le Connaissant, le Connu et la Connaissance, tout ne fait qu’un » s’applique de la même façon aux autres attributs et autres Noms divins, tout comme à la Sagesse et à la Volonté divines.

פרק ח׳ והנה מה שכתב הרמב״ם ז״ל, שהקב״ה, מהותו ועצמותו ודעתו, הכל אחד ממש, אחדות פשוטה ולא מורכבת כלל

Or, ce qu’écrit le Rambam, de mémoire bénie, [à savoir que] le Saint Béni soit-Il, Son être, Son essence et Sa connaissance, tout ne fait qu’un vraiment, une unité simple et nullement composée,

כן הענין ממש בכל מדותיו של הקב״ה, ובכל שמותיו הקדושים, והכנויים שכינו לו הנביאים וחז״ל,

il en va de même vraiment de tous les attributs de D.ieu et de tous Ses saints Noms et appellations par lesquelles les prophètes et les Sages l’ont désigné,

כגון: חנון ורחום וחסיד וכיוצא בהן

comme Gracieux, Miséricordieux, Bienveillant et autres attributs semblables par lesquels D.ieu est désigné ;

וכן מה שנקרא חכם, דכתיב: וגם הוא חכם וגו׳

et de même concernant l’appellation de « Sage » qui lui est attribuée, ainsi qu’il est dit : « Et Il est également Sage, etc. »,

וכן רצונו: כי רוצה ה׳ את יראיו, וחפץ חסד הוא, ורוצה בתשובתם של רשעים ואינו חפץ במיתתם וברשעתם, וטהור עינים מראות ברע

et de même [concernant] Sa Volonté, comme il est dit : « D.ieu veut ceux qui Le craignent » et « Il désire agir avec bienveillance », et « Il veut le repentir des méchants et ne désire pas leur mort et leur iniquité » et « Il a les yeux trop purs pour voir le mal ».

D.ieu « veut » et « ne veut pas » : ainsi ces versets décrivent-ils la Volonté divine. Il ressort de ce qui vient d’être dit que sont attribués à D.ieu attributs émotionnels, sagesse et volonté. Néanmoins,

אין רצונו וחכמתו ומדת חסדו ורחמנותו ושאר מדותיו מוסיפים בו ריבוי והרכבה חס ושלום במהותו ועצמותו

Sa Volonté, Sa Sagesse, Ses attributs de bonté et de compassion et Ses autres attributs n’ajoutent aucune pluralité et aucune composition, à D.ieu ne plaise, dans Son être et Son essence.

אלא עצמותו ומהותו ורצונו וחכמתו ובינתו ודעתו, ומדת חסדו וגבורתו ורחמנותו ותפארתו הכלולה מחסדו וגבורתו וכן שאר מדותיו הקדושות,

Plutôt, Son essence, Son être, Sa Volonté, Sa Sagesse, Sa compréhension et Sa connaissance, Ses attributs de bonté et de sévérité, Son attribut de compassion et de beauté (Tiféret) lequel inclut Sa bonté et Sa sévérité, et de même Ses autres saints attributs,

הכל אחדות פשוטה ממש, שהיא היא עצמותו ומהותו

tout cela constitue une Unité absolument parfaite et simple, qui est Son essence et Son être.

וכמו שכתב הרמב״ם ז״ל, שדבר זה אין כח בפה לאמרו, ולא באזן לשמעו, ולא בלב האדם להכירו על בוריו

Et comme Maïmonide l’a écrit : « Cette chose-là, il n’est ni au pouvoir de la bouche de l’exprimer, ni [au pouvoir de] l’oreille de l’entendre, ni [au pouvoir du] cœur de l’homme de l’appréhender clairement. »

כי האדם מצייר בשכלו כל המושכלות שרוצה להשכיל ולהבין, הכל כמות שהם בו

Car l’homme se représente dans son intellect tous les concepts qu’il souhaite appréhender et comprendre tels qu’ils existent en lui,

כגון שרוצה לצייר בשכלו מהות הרצון, או מהות חכמה או בינה או דעת, או מהות מדת חסד ורחמים, וכיוצא בהן

par exemple, s’il veut se représenter dans son intellect ce qu’est la volonté ou ce qu’est la sagesse (‘Hokhma), la compréhension (Bina) ou la connaissance (Daat) ou ce qu’est l’attribut de bonté et de compassion ou d’autres attributs similaires,

הוא מצייר כולן כמות שהן בו

il envisage toutes ces choses telles qu’elles sont en lui.

Comme il le fait lorsqu’il envisage la notion d’intellect et de sentiments en général, l’être humain tente pareillement de penser les attributs intellectuels et émotionnels du Divin à travers le prisme de ses propres facultés.

אבל באמת, הקב״ה הוא רם ונשא וקדוש שמו

Mais en vérité, le Saint Béni soit-Il est « haut et exalté » et « saint est Son Nom », l’idée de « sainteté » évoquant celle de séparation,

כלומר, שהוא קדוש ומובדל ריבוא רבבות עד אין קץ ותכלית מדרגות הבדלות למעלה מעלה מערך וסוג ומין כל התשבחות והמעלות שיוכלו הנבראים להשיג ולצייר בשכלם

ce qui veut dire qu’Il est saint et séparé par des myriades de myriades de degrés de séparation, ad infinitum, bien au-delà de la mesure, du genre et de l’espèce de toutes les louanges et qualités que les êtres créés pourraient saisir et envisager dans leur esprit.

La désignation de D.ieu comme le « Saint Béni soit-Il » traduit la transcendance divine radicalement étrangère à toute conception humaine.