Tanya Audio

tanya

" Car cette loi est très proche de toi, dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu l'accomplisses "

C'est sur ce célèbre verset du Deutéronome que se fonde le Tanya.

L'Ecriture dit clairement ici que le respect des commandements divins est chose aisée (" très proche ") et qu'il s'effectue par trois canaux : la pensée (ton cœur), la parole (ta bouche) et l'action (que tu l'accomplisses).

A un second niveau " ton cœur " fait référence aux émotions, l'amour et la crainte de D. que le cœur expérimente lorsque est accompli un commandement positif (pour la première),ou respecté un interdit pour la seconde. C'est donc ces deux émotions qui constituent cette " chose très proche ".

Cela, pourtant , va-t-il de soi ? La Guémara n'interroge-t-elle pas : " la crainte de D. est-elle une petite chose ? ". Rabbi Schnéour Zalman veut mettre à jour les deux chemins par lesquels parvenir à la crainte et à l'amour. Proches tous les deux, l'un cependant est " long " (il consiste en une profonde méditation), l'autre est " court " (plutôt que de créer ces sentiments par la méditation, il s'agit de les révéler, de les " dévoiler " en tant qu'ils sont partie intégrante de chaque âme juive. Telle est la démarche première du Tanya que, dans son humilité, Rabbi Schnéour Zalman en réalité a simplement appelé Likoutei Amarim (Recueil de Commentaires), Tanya étant le premier mot par lequel commence ce " recueil " imprimé pour la première fois en 1796.

10 Tamouz 5779 / 07.13.2019


Likoutei Amarim
Chapitre 29
_______________

והסיבה היא גסות הקליפה, שמגביה עצמה על אור קדושת נפש האלקית, ומסתרת ומחשיכה אורה

Et la cause est la grossièreté et arrogance de la klipa de lâme animale qui se hisse au-dessus de la sainteté de la lumière de l’âme divine, et qui dissimule et obscurcit la lumière [de celle-ci].

ולזאת צריך לבטשה ולהשפילה לעפר

Aussi faut-il la briser et la faire choir à terre, comme la bûche de bois qui doit être fendue pour prendre feu.

Rabbi Chnéour Zalman explique maintenant comment parvenir à ce résultat. Il souligne que la personne du beinoni s’identifie à son âme animale. Par conséquent, en brisant son propre esprit, il brise ipso facto la sitra a’hara (de son âme animale par laquelle il se définit), et permet ainsi à la lumière de l’âme divine et de son intellect de l’imprégner.

דהיינו לקבוע עתים להשפיל עצמו, להיות נבזה בעיניו נמאס, ככתוב

Cela veut dire qu’il faut fixer des moments pour se rabaisser (c’est-à-dire réfléchir à des considérations qui suscitent un tel sentiment), être honteux à ses yeux et répugnant », comme écrit dans le verset,

ולב נשבר רוח נשברה היא הסטרא אחרא, שהיא היא האדם עצמו בבינונים

et « lorsque le cœur est brisé, l’esprit est brisé », [l’« esprit brisé »] étant la sitra a’hara laquelle, chez les beinonim, correspond à l’homme lui-même.

שנפש החיונית המחיה הגוף היא בתקפה כתולדתה בלבו, נמצא היא היא האדם עצמו

Car l’âme vitale qui anime le corps est dans [toute] sa puissance dans le cœur [du beinoni], comme à sa naissance ; elle est donc, effectivement, la personne elle-même.

ועל נפש האלקית שבו, נאמר: נשמה שנתת בי טהורה היא, שנתת בי דייקא, מכלל שהאדם עצמו איננו הנשמה הטהורה,

Quant à l’âme divine qui est en lui, il est dit la concernant : « L’âme que Tu as donnée en moi, elle est pure ». « Que Tu as donnée en moi » précisément, il en découle que l’homme lui-même n’est pas l’âme pure.

L’expression « en moi » ne saurait cependant être comprise uniquement en référence au corps, lequel n’est pas capable d’expression. Cela signifie plutôt que la personne s’identifie à l’âme animale en tant qu’elle anime le corps, et celle-ci dit de l’âme divine : « l’âme que Tu as donnée en moi ».

כי אם בצדיקים שבהם הוא להפך: שנשמה הטהורה שהיא נפש האלקית הוא האדם, וגופם נקרא בשר אדם

Cela est vrai pour tout un chacun, sauf pour les tsaddikim ; chez eux, c’est le contraire : l’âme pure, c’est-à-dire l’âme divine, est l’homme (car leur vitalité provient exclusivement de l’âme divine, même le corps étant animé par celle-ci), et leur corps est quant à lui appelé « la chair de l’homme » cest-à-dire quil est secondaire devant lêtre lui-même qui s’identifie à lâme divine.