9 - 10 Kislev

9 - 10 Kislev

9 – 10 Kislev : le Admour Haemtsaï

Les dates des neuf et dix Kislev sont intimement liées avec la vie du deuxième Rabbi de la dynastie Loubavitch, Rabbi Dovber, ou Admour Haemtsaï. Celui-ci naquit Le neuf Kislev 5534-1773. Il fut dénommé rétrospectivement « Admour Haemtsaï », ou « Rabbi intermédiaire »

Magazine

Magazine

A la maison, tout est différent

Le début de notre Paracha (Vayichla'h 32, 5)  relate, de quelle manière notre père Yaakov délégua des anges auprès d'Esav, son frère, afin de l'apaiser. Il leur demanda de lui transmettre, tout d'abord, l'affirmation suivante : «J'ai résidé avec Lavan» 

Récit

Récit

L’athlète et le Rabbi

Cet été, j’ai assisté à la circoncision du fils d’un de mes bons amis : Tamir Goodman. Au milieu du repas qui suivit, une dame élégante, âgée d’une soixantaine d’années, prit la parole. C’était la veuve du regretté député, le Professeur Avner Shaki. Elle tenait à expliquer la raison de sa présence.

La Paracha

La Paracha

 

La Paracha de la Semaine:

VAYICHLA'H

Crédit image:  Ahuva Klein

Si'ha du Rabbi

Si'ha du Rabbi

 Commentaires du Rabbi sur la Paracha de la semaine


Parachat: VAYICHLA'H

Si'ha en francais

Vidéo

Vidéo

Le Rabbi de Loubavitch : Bénédiction pour la nouvelle année

9 - 10 Kislev
Magazine
Récit
La Paracha
Si'ha du Rabbi
Vidéo

Le septième jour de Pessa'h, en suivant le déroulement historique des événements de la sortie d'Egypte, est celui où le peuple juif arriva devant la mer. C'est cet instant dramatique où nul ne sait que faire : l'armée égyptienne a installé son campement à l'arrière de celui des Hébreux. C'est la nuit et elle attend le matin pour attaquer et ramener, pense-t-elle, les esclaves rebelles. Devant le peuple, c'est la mer qui s'étend sans aucun espoir de passage. Que faire ? Sur l'ordre de D.ieu, Moïse ordonne d'avancer, la mer va s'ouvrir annonce-t-il. Pourtant elle est bien là et paraît infranchissable. Il faut un homme qui, avec une foi absolue, s'y engage. Il s'appelle Na'hchon ben Aminadav. Ce n'est que lorsqu'il s'avance dans la mer, qu'il risque de s'y noyer qu'enfin elle s'ouvre. Le peuple juif est sauvé. Cette capacité de sacrifice de soi, d'oubli de soi est l'héritage de chaque Juif, c'est elle qui apparaît en cette septième nuit de fête.

Le dernier jour de la fête est celui du repas instauré par le Baal Chem Tov : « Séoudat Machia'h » ou « repas de Machia'h ». Dans l'après-midi, on y mange de la Matsa et on boit, une dernière fois, quatre verres de vin. Ce n'est pas qu'une façon de dire au revoir à la fête qui va se terminer. C'est une manière de célébration. Car, à ce moment, c'est une « lumière de Machia'h » qui apparaît sur le monde. La Matsa, « aliment de la foi », les quatre verres de vin, qui rappellent les mots de la libération prononcés par D.ieu, nous permettent d'en prendre pleine conscience pour ne plus jamais la perdre.

La sortie d'Egypte nous a vu quitter le « 49ème degré d'impureté » où nous nous tenions. Nous devons, à présent, nous élever peu à peu afin d'être dignes du don de la torah à chavouot, sept semaines plus tard. Chaque soir, le compte de l'omer est un échelon de cette progression.

Blog
Etudiants banner BethLoubavitch