9 - 10 Kislev

9 - 10 Kislev

9 – 10 Kislev : le Admour Haemtsaï

Les dates des neuf et dix Kislev sont intimement liées avec la vie du deuxième Rabbi de la dynastie Loubavitch, Rabbi Dovber, ou Admour Haemtsaï. Celui-ci naquit Le neuf Kislev 5534-1773. Il fut dénommé rétrospectivement « Admour Haemtsaï », ou « Rabbi intermédiaire »

Magazine

Magazine

A la maison, tout est différent

Le début de notre Paracha (Vayichla'h 32, 5)  relate, de quelle manière notre père Yaakov délégua des anges auprès d'Esav, son frère, afin de l'apaiser. Il leur demanda de lui transmettre, tout d'abord, l'affirmation suivante : «J'ai résidé avec Lavan» 

Récit

Récit

L’athlète et le Rabbi

Cet été, j’ai assisté à la circoncision du fils d’un de mes bons amis : Tamir Goodman. Au milieu du repas qui suivit, une dame élégante, âgée d’une soixantaine d’années, prit la parole. C’était la veuve du regretté député, le Professeur Avner Shaki. Elle tenait à expliquer la raison de sa présence.

La Paracha

La Paracha

 

La Paracha de la Semaine:

VAYICHLA'H

Crédit image:  Ahuva Klein

Si'ha du Rabbi

Si'ha du Rabbi

 Commentaires du Rabbi sur la Paracha de la semaine


Parachat: VAYICHLA'H

Si'ha en francais

Vidéo

Vidéo

Le Rabbi de Loubavitch : Bénédiction pour la nouvelle année

9 - 10 Kislev
Magazine
Récit
La Paracha
Si'ha du Rabbi
Vidéo

La Parchat Masseï énumère tous les endroits dans lesquels les enfants d'Israël séjournèrent, dans le désert(1). Elle commence par : «Voici les voyages des enfants d'Israël qui quittèrent le pays de l'Egypte».

On peut, cependant, poser la question suivante. Comme on l'a dit, cette Paracha établit l'inventaire de tous les lieux dans lesquels les enfants d'Israël se sont arrêtés et ont séjourné. Pourquoi donc le verset dit-il : «voici les voyages des enfants d'Israël» plutôt que : «voici les endroits dans lesquels les enfants d'Israël séjournèrent(2) ?

L'explication est la suivante. Commentant le verset : «voici les voyages des enfants d'Israël», le saint Baal Chem Tov explique que les étapes des enfants d'Israël, dans le désert existent aussi dans le service de D.ieu de chaque Juif, sous une forme morale(3).

C'est ainsi que la naissance d'un enfant est comparable à la sortie d'Egypte(4), puis, tout au long de sa vie, se succèdent les étapes suivantes, jusqu'à ce que l'homme quitte ce monde(5). Tout au long de son existence, il franchit les étapes.

La Torah demande à l'homme de ne pas rester constamment au même endroit, mais, bien au contraire, d'aller de l'avant, de s'élever de plus en plus haut, dans son service de D.ieu. Les enseignements de la 'Hassidout précisent la différence qu'il convient de faire entre celui qui stagne(6) et celui qui va de l'avant(7).

Le premier est toujours au même endroit, au même niveau. Son service de D.ieu ne se développe pas(8). Le second accède, en permanence, à un stade plus haut de ce service. La Torah demande à un Juif de ne pas stagner, d'aller de l'avant, de toujours améliorer son comportement, son étude de la Torah et sa pratique des Mitsvot.

C'est pour cette raison que le verset dit : «Voici les voyages des enfants d'Israël», bien que cette Paracha mentionne essentiellement les endroits dans lesquels les enfants d'Israël se sont arrêtés et ont campés. Elle montre ainsi de quelle manière un Juif doit se développer, s'élever sans cesse dans son service de D.ieu(9).

La Torah délivre, de cette façon un enseignement à chacun(10). Elle souligne la nécessité du progrès. Un Juif ne peut pas aspirer uniquement à conserver la même place. Il doit vouloir se développer, atteindre un stade toujours plus haut de son service de D.ieu, «d'une prouesse vers l'autre».

(Discours du Rabbi, Likouteï Si'hot, tome 23, page 224)

Notes :
(1) Durant les quarante années qu'ils y passèrent.
(2) Pourquoi mettre en avant le voyage, le fait de se déplacer précisément dans les endroits où les enfants d'Israël s'arrêtèrent, pendant quelques temps ?
(3) De sorte que chacun doit les vivre, tout au long de son existence. Ces étapes prennent une forme, chez certains, une autre forme, chez d'autres.
(4) En effet, la sortie d'Egypte est la naissance du peuple d'Israël, qui, au préalable, était mêlé aux Egyptiens et donc comparable à un enfant en gestation. Puis, lors de la sortie d'Egypte, le peuple d'Israël se sépara de ce pays, comme le nouveau-né de sa mère, ainsi qu'il est dit : «afin de prendre pour Loi un peuple au sein d'un autre peuple».
(5) Et, le départ de ce monde devient alors la quarante-deuxième étape, l'entrée dans le Gan Eden, tout comme les enfants d'Israël traversèrent Yarden Yeri'ho pour quitter le désert et entrer en Erets Israël.
(6) Par exemple un ange. Bien entendu, pour lui, il ne s'agit pas d'une lacune. Il a été créé de cette façon et il ne peut pas modifier l'ordre naturel.
(7) Par exemple un Juif. C'est ainsi que le Saint béni soit-Il dit au prophète Elie : «Je ferai de toi quelqu'un qui avance parmi ceux qui stagnent». Et, l'on sait que le mot ‘Heth, dans la Langue sacrée, signifie à la fois : «faute» et : «manque». Ne pas utiliser les forces que D.ieu accorde pour aller de l'avant et se contenter de stagner, y compris dans une situation favorable, est un manque qui peut effectivement être considéré comme un faute.
(8) Il est répétitif et n'intègre aucun fait nouveau.
(9) Au point que l'étape courante de sa vie soit ce qui le fait aller de l'avant.
(10) Applicable tout au long de son existence, depuis l'instant de la naissance jusqu'au moment de quitter ce monde.

Blog
Etudiants banner BethLoubavitch