Sefer Hamitsvot

Notons que bon nombre de ces lois ne sont pas la halakha, c'est-à-dire la pratique observée dans les communautés juives. Elles ne sauraient donc en aucun cas être prises comme référence. Veuillez noter également que cette version est un premier essai qui fera l'objet de corrections ultérieures.

5 Iyar 5778 / 04.20.2018

Cours N° 206

Mitsva positive N° 108 :
Il s'agit du commandement qui nous a été enjoint au sujet de l'eau de lustration (Meï Nidda) [eau vive mélangée à des cendres de la vache rousse] qui purifie dans certaines conditions et, dans d'autres, rend impur, comme on l'expliquera dans l'étude détaillée de ce commandement.
Sache que les treize sortes d'impuretés qui ont été énumérées à savoir: celle transmise par le cadavre des animaux, celle due au contact des huit espèces de reptiles, celle des aliments et des boissons, celle causée par les menstruations, celle de la femme en couches, celle de la lèpre de l'homme, celle des vêtements atteints de lèpre, celle d'une maison touchée par cette même affliction, celle d'homme affligé de flux, celle de la femme atteinte de flux sanguin en dehors de la période mensuelle, celle de la matière séminale, celle émanant d'un mort et celle de l'eau de lustration, de même que le mode de purification, pour chacune d'entre elles, sont toutes expliquées dans la Torah et que pour chaque commandement précité, il y a plusieurs cas, plusieurs lois et conditions le concernant, ainsi qu'il est écrit dans les sections "Chemini", "Tazria", "Metsora" et celle de la vache rousse. Ces quatre sections du Pentateuque contiennent tous les cas concernant les différentes sortes d'impuretés.
Cependant, les règles concernant ces différentes sortes d'impuretés et les dispositions relatives à chacune d'elles se trouvent dans l'ordre Taharoth de la Michna. Trois des traités de cet ordre, c'est-à-dire Taharoth, Makhchirin et Ouktsin traitent uniquement des lois d'impuretés relatives aux aliments et ne traitent que ce sujet sur lequel ils portent: toute loi mentionnée dans ces traités qui serait relative à d'autres sortes d'impuretés est seulement accidentelle. De la même manière, le Traité Nidda comprend toutes les lois relatives à l'impureté des menstruations, à celle de la femme atteinte de flux sanguin en dehors de la période mensuelle et à celle de la femme en couches. Dans le Traité Keritoth, on trouve aussi une partie de lois relatives à l'impureté de la femme en couches. Le Traité Nega'im contient les lois relatives à la lèpre de l'homme et des vêtements contaminés par la lèpre, ainsi que des maisons atteintes de la lèpre. Le Traité Zavim contient toutes les règles relatives à l'homme affligé de flux, à la femme atteinte de flux sanguin en dehors de la période mensuelle et à l'émission de matière séminale. Le Traité Ohaloth contient toutes les lois relatives à l'impureté émanant d'un mort. Le Traité Para contient toutes les règles relatives aux eaux de lustration en tant que cause de pureté ou d'impureté. En revanche, l'impureté transmise par le cadavre d'un animal et celle due au contact de certains reptiles n'ont pas fait l'objet d'un traité spécial et les règles les concernant sont éparpillées dans plusieurs passages de cet ordre, la plupart se trouvant dans les Traités Kélim et Taharoth. En outre, plusieurs questions relatives à ce sujet sont traitées dans le Traité 'Edouyoth. Nous-mêmes avons déjà commenté tout cet ordre Taharot et il n'est pas nécessaire de consulter un autre ouvrage que celui-ci pour tout problème relatif à l'impureté et à la pureté.