La recherche de l'éducation, le souci de la mise en œuvre du meilleur processus pédagogique ont toujours caractérisé le peuple juif qui a souvent dû son existence à sa capacité de connaître et de se souvenir. Aussi, dès 1971, alors qu'une modeste communauté loubavitch s'est implantée à Orly, la nécessité d'un jardin d'enfants apparaît. 1977: l'idée semble évidente, il faut ouvrir un jardin d'enfants à Paris intramuros.

Dans un premier temps, c'est la synagogue des Lilas qui offre d'accueillir l'établissement et ses jeunes élèves. Ce n'est qu'un répit. En novembre 1978, la toute nouvelle synagogue de la Place des Fêtes ouvre ses portes pour ces enfants. Commence alors le temps de la croissance. Le petit jardin d'enfants grandit rapidement et, à la demande des parents, débouche vite sur les premières classes de l'école primaire. Nous sommes en septembre 1979 : le premier CP ouvre ses portes.

L'endroit devient trop petit et il faut trouver des locaux voisins, c'est l'enjeu des années 80-81, jusqu'en septembre 1982 où l'école enfin nommée Beth Hanna est créée au 59 avenue de Flandre à Paris 19e. Le succès de l'institution ne se dément pas et les locaux toujours plus nombreux se révèlent encore insuffisants. Successivement, puis simultanément, la rue des Annelets, le quai de la Loire voient s'ouvrir des lieux d'éducation nouveaux. De son côté, l'école Beth Hanna déborde sur le trottoir et ses salles de classe sont rapidement complétées par des préfabriqués.

Environ 1000 enfants sont ainsi scolarisés et remportent des résultats brillants malgré les difficultés matérielles. 1989 : II est clair qu'une telle situation n'est plus viable. Les demandes d'inscriptions se multiplient. Le Beth Loubavitch est conscient qu'il faut répondre aux attentes. Enfin, un terrain est proposé par la Ville de Paris, dans le 19e arrondissement où les locaux existants sont situés. Tout reste à faire mais tout se met en place. En 1993, le permis de construire est obtenu. Tous les espoirs semblent à portée de réalisation et la construction commence en 1994.

C'est alors que l'inimaginable arrive. Le projet est ambitieux et son coût est à la mesure de cette ambition. Pour qu'il puisse être mené à bien, l'aide des collectivités locales est essentielle. La Région Ile-de-Françe, sollicitée, a fait connaître sa réaction positive. Mais, au Conseil Régional, certains désapprouvent le projet. Faut-il préciser que le Front National décide de le combattre? Cette opposition farouche fait échouer les demandes présentées par le Beth Loubavitch. Plusieurs années sont ainsi perdues et des centaines d'enfants continuent de poursuivre leurs études dans des locaux peu adaptés. En octobre 1995, la ville de Paris décide d'intervenir. Apportant sa garantie à l'emprunt souscrit par le Beth Loubavitch, elle permet la poursuite de la construction. La communauté juive, dans ses institutions représentatives comme dans ses membres, se mobilise. Chacun participe à l'entreprise. Avec l'aide de tous et malgré les innombrables difficultés liées à une réalisation de cette envergure, l'édifice est construit. Il accueille aujourd'hui 2000 enfants sur 18.000 M2. Il est devenu un des points forts de la vie communautaire.

Cependant, le remboursement des emprunts contractés représente aujourd'hui une charge considérable. Plus que jamais le Beth Loubavitch a besoin du soutien de tous.

Complexe scolaire Beth Haya Mouchka

49/51 rue Petit 75019 Paris
01 44 52 72 50
Site web : http://www.hayamouchka.com/

Annexe Garçons

18, Passage des St Simoniens 75020 Paris
01 40 30 56 59

Crêche "Haya Mouchka/Gan Pardess 'Hanna

51, rue Racine
92120 Montrouge
01 42 31 22 61

Complexe "Beth Ména'hem"

12, rue Emile Zola
94120 Fontenay/Bois
01 48 75 74 91

Gan Pardess 'Hanna

3 ter,rue de Verdun
94600 Choisy le Roi
01 48 84 06 60

Siège : 8, rue Lamartine, 75009 Paris France Téléphone : 01 45 26 87 60, Fax : 01 45 26 34 05, chabad@loubavitch.fr

© Beth Loubavitch 2014