La semaine précédant le mariage 

- Les fiancés augmenteront leurs dons à la Tsedaka la semaine précédant le mariage.

- Ils éviteront de se rencontrer et même de se parler au téléphone. Ils s’efforceront de ne pas sortir sans être accompagnés – aussi bien pour leur sécurité qu’en signe d’honneur.

- Ils réviseront attentivement les lois de Pureté Familale ; d’autre part, le fiancé étudiera en profondeur le livre Réchit ‘Ho’hma.

- Le Chabbat avant le mariage, le fiancé est appelé à la Torah : les mariés maintiennent le monde en existence puisqu’ils mettront au monde des enfants qui étudieront la Torah. Les Dix Paroles par lesquelles D.ieu a créé le monde se maintiennent et continuent de maintenir le monde en existence grâce à l’étude de la Torah. De plus, le Chabbat bénit les jours qui suivent et ainsi, on espère que le nouveau foyer sera un Binyane Adé Ad, une construction éternelle fondée sur les valeurs de la Torah.

- On étudiera davantage la Torah les jours précédant et suivant le mariage et on laissera les parents, le traiteur etc. s’occuper des préparatifs matériels.

Le jour du mariage

- Le jour du mariage est comparé à Yom Kippour - «un jour de pardon pour tous, une occasion de faire Techouva, de revenir à D.ieu». Les mariés et leurs parents augmenteront leur ferveur dans l’étude de la Torah, la prière et leurs actes de bienfaisance.

- Les mariés liront de nombreux Tehilim (Psaumes) et, si possible, tout le livre de Tehilim. Leurs parents liront aussi au moins un chapitre de Tehilim pour le mérite des mariés.

- Les mariés donneront de leur propre argent soit dans une boîte de Tsedaka soit aux responsables d’une institution de bienfaisance, si possible dès le matin, afin d’assurer le succès de tous les préparatifs de la journée. Les invités donneront aussi de la Tsedaka pour le mérite des mariés.

- Après la prière normale de Min’ha, les mariés réciteront le Vidouï (Al ‘Heth qu’on récite à Yom Kippour).

- L’alliance sera ronde et en or.

- Sous la ‘Houppa, les mariés acceptent sur eux le joug Divin et cela sera bénéfique pour leurs futurs enfants et petits-enfants.

- Réjouir les mariés est une très grande Mitsva qui préfigure la joie éternelle qui caractérisera la venue du Machia’h.