Oui, la plupart des décisionnaires permettent d’étudier la Torah ou de prier dans un endroit public (la rue, l’autobus, le train...) même s’il s’y trouve des personnes qui ne sont pas habillées correctement. Le Rabbi ajoute que c’est une obligation d’emporter un livre pour l’étudier quand on voyage car, comme l’écrit le Rambam (Maïmonide) : «Les mauvaises pensées ne surgissent que dans l’esprit qui est vide et ne s’occupe pas de la Sagesse divine». Celui qui est assis dans un autobus sans rien faire, son esprit s’occupera de façon négative...

La prière exige de la Kavana (concentration, ferveur), surtout le début de la prière de la Amida qui se récite debout. S’il sait qu’il pourra prier quand il arrive à destination, il peut retarder sa prière. Certains décisionnaires permettent de rester assis quand on doit prier dans un bus par exemple et qu’on doute de pouvoir prier quand on arrive à destination : il vaut mieux prier assis avec Kavana plutôt que debout et sans Kavana.

(d’après Hamitsvaïm Kehil’hatam - Rav Shmuel Bistritzky)