«Car les Enfants d’Israël sont Mes serviteurs» (Vayikra – Lévitique 25 : 55). Les Sages expliquent qu’un Juif ne peut être asservi que par D.ieu.

On ne peut quitter un patron si cet abandon va lui causer une grosse perte financière (par exemple : un projet en cours ne pourra être mené à terme à cause de cette défection). Dans ce cas, l’employé pourrait être condamné à indemniser l’employeur. Cependant, si d’autres personnes sont tout aussi capables que lui d’effectuer le travail, le patron en serait réduit à se plaindre – sans pouvoir réclamer d’indemnités.

Il est interdit de reprendre sa parole dans les transactions financières de peur d’être considéré comme «indigne de confiance». Cependant, si un employé décide de quitter son travail après plusieurs années pour gagner davantage dans une autre place, il n’est pas considéré comme «indigne de confiance».

En conclusion : un employé ne devrait pas abandonner son travail au milieu d’un projet, même s’il peut obtenir une meilleure paie ailleurs. Mais si d’autres personnes peuvent le remplacer, le patron ne peut pas lui en tenir rigueur (ou demander des indemnités pour rupture du contrat).

(d’après Rav Chaim Hillel Raskin – Re’hovot - Collive)